Définition de la Chiropratique

La chiropratique est une science de la santé pratiquée avec les mains. La chiropratique à pour objectif d’assurer une fonction optimale de toutes les articulations du corps et principalement celles de la colonne vertébrale. En chiropratique, une manipulation articulaire complète et précise est nommée « ajustement ».

L’ajustement chiropratique stimule les récepteurs de vos articulations, rétablit le mouvement et par le fait même stimule votre système nerveux. Le système nerveux est le seul système qui permet l’intégration de toute l’information qui provient de votre environnement.


Historique de la Chiropratique

La chiropratique a été développée en 1895 aux Etats-Unis. La chiropratique est par définition une profession de la santé qui se pratique avec les mains. Les manipulations thérapeutiques pour traiter les malaises, les dysfonctions existent depuis l’antiquité tandis que le terme `ajustement chiropratique` a été employé et défini seulement au 20e siècle.

Le conseil sur l’éducation chiropratique (CCE) ayant comme rôle de standardiser l’éducation de la chiropratique a permis l’instauration de la première association chiropratique en 1935. Aujourd’hui, la chiropratique est approuvée dans 50 états américains et dans de nombreux pays.

**Il existe près de 24 facultés en chiropratique au monde, reconnues par l’OMS.**

En 1973, il y a eu l’adoption de la Loi sur la chiropratique au Québec ainsi que la création de l’office des professions. Le rôle de l’office des professions est de veiller à ce que chaque ordre professionnel assure la protection du public. La chiropratique, au Québec, est donc reconnue par le code des professions, régie par un ordre professionnel, et ses membres peuvent faire partie d’une association chiropratique québécoise. Chaque chiropraticien doit posséder une assurance professionnelle pour être en mesure de pratiquer sa profession.


La chiropratique permet donc une optimisation du système nerveux ; le régulateur de toutes les interactions, des stimulations du corps humain. La santé n’est donc pas une équivalence à une absence de symptômes, mais à un état fonctionnel optimal biomécanique, neurologique et physiologique.